©Photo Cristie Dose
GYM ARTISTIQUE : UNE SAISON DANS LES RÈGLES DE L'ART
Aujourd'hui, découverte de la gymnastique artistique avec Cristie Dose, une membre active du club laurentin

La gym artistique, c'est tout un art. Un code de pointage précis organise la notation. Les gymnastes élaborent leur programme et à eux d'organiser leur représentation. Plus la figure est compliquée, plus elle rapporte de points. La chute coûte cher, alors les gymnastes et leur entraîneur s'entretiennent et ne présentent aucun enchaînement irréalisable. Le club laurentin compte 260 licenciés, de tous âges et tous niveaux. Il y a une partie "loisirs", avec 1 h 30 d'entraînement par semaine. L'effectif compte aussi bien des baby-gymnastes que des adultes. De nombreux petits viennent se défouler dans la salle : « D'autres sont là pour la compétition. Le but est de passer un cap et d'essayer d'atteindre d'autres groupes », explique Cristie Dose, membre active du club. « Une fois le cap passé, il est possible de viser le groupe Promotion. Mais, plus le niveau augmente, plus il faut de l'implication. Les entraînements couvrent 6 heures dans la semaine ». Si un bon potentiel est décelé, l'athlète est dirigé vers Antibes où le Pôle Espoirs est le plus réputé. Un travail en parallèle est mené avec le Collège Pagnol pour les enfants du club de gym. L'établissement aménage les horaires pour permettre aux jeunes de lier école et sport.

 

Élégance et performance

Les trois coachs diplômés et les bénévoles font tout pour mettre les gymnastes dans les meilleures conditions. De 12 à 20 ans, le niveau est très étendu. Chacun fait le travail qui lui est demandé. Les compétitions commencent le 15 janvier. Et le résultat se joue souvent au détail : « Les résultats départementaux puis régionaux sont importants en vue d'une qualification pour les Championnats de France, tout va dépendre de cela », insiste Cristie. Aux barres, sur la poutre ou au sol, sept éléments du code de pointage doivent être inclus dans la représentation. Le côté artistique est noté, la coach donne des exemples : « Une roue sans les mains sur la poutre peut rapporter beaucoup de points », tout comme le salto aux barres : lâcher la barre, faire un salto, puis la rattraper. Au sol, la musique soutient la cadence des animations. « L'élégance est notée, l'accompagnement et le choix de la musique sont également des critères de jugements », rappelle Cristie.

Les justes au corps aux couleurs laurentines continueront de faire briller le club dans toutes les compétitions. Des couleurs laurentines qui devraient bientôt se doter d'un groupe handigym.