©Photo Laurent Thareau
DANS LE MONDE SPORTIF, LA DÉCEPTION L'EMPORTE
Le monde du sport était un peu sonné mardi soir, à l’issue des annonces du Président Emmanuel Macron

 «  Je suis déçu , confiait Hervé Liberman, président du CNOSF Paca. Encore une fois, j’ai l’impression qie l’on ne se rend pas compte de l’importance de l’activité physique. Je suis dépité de ne pas avoir entendu le mot « sport » dans cette reprise  d’activités essentielles car on parle de l’ADN de  nos jeunes enfants. Je suis inquiet pour ces générations pour lesquelles ont sacrifié l’activité physique ».

Autorisation des activités extrascolaires en extérieur, et aussi des promenades et activités extrascolaires en extérieur, et aussi physiques en extérieur sur un rayon de 20 km pendant trois heures, à compter du 28 novembre ; autorisation des activités extrascolaires en intérieur à compter du 15 décembre ; ouverture des salles de sport le 20 janvier si les voyants  sanitaires le permettent ! Les décisions ne sont pas à la hauteur des espérances suscitées par la réunion en visio de la semaine dernière entre les représentants de l’Etat et du mouvement sportif français à l’issue de laquelle Denis Masseglia, président du CNOSF, avait estimé que le monde du sport avait été écouté.

" Ca manque de clairvoyance "

« Il y a deux poids deux mesures, regrette Lionnel Gigli, président de la Ligue Paca de judo. Pourquoi ne peut-on pas faire du sport à l’école et pas en club ? Pourquoi peut-on faire du rugby et pas du judo ? Une reprise le 15 décembre n’est pas opportune  au vu des vacances scolaires… Ca manque de détails et de clairvoyance mais ce qui est sûr c’est, c’est qu’à ce rythme-là, le monde associatif va mourir alors qu’on se sert du sport pour rétablir, notamment du lien social." Dirigeants et pratiquants, tous sont donc dans l’attente d’avoir davantage de précisions de la part du ministère des Sports. Notamment par rapport aux tranches d’âge concernées par ces mesures ?

Malgré tout, certains y voient une amélioration notable. «  Au-delà du sport professionnel, dans un monde où les clubs perdent beaucoup de licenciés, on y voit une petite éclaircie, estime Jean-Luc Baudet, président de la Ligue de handball. On y voit un peu plus clair par rapport à ce que l’on a connu auparavant et ce sont les mêmes règles sur l’ensemble du territoire. Au moins, on a un cap. Mais il faudra un vrai plan de relance vis-à-vis de nos clubs en grande difficulté. »

Enfin, pour ceux pratiquants en extérieur, la nouvelle a été bien accueillie : « Ca va permettre aux clubs de reprendre dès samedi et, du coup, on est confiant pour la suite de la saison », président de la Ligue d’athlétisme.