©Rocco Mercury
MONTALEIGNE : LA PÉTANQUE DE NOUVEAU À LA POINTE
Jeudi dernier, le bureau directeur, avec l’accord de la Fédération et de la mairie, a entériné le retour sur les terrains

Un air d’été surplombe le boulodrome de Montaleigne, les boulistes sont prêts à reprendre leurs activités. Après le confinement, les parties de pétanque sont bouleversées : les gestes barrières sont de mise. Rocco Mercury, président du club, est satisfait de la reprise : « Samedi dernier, huit membres du club sont venus pour la réouverture. La période de confinement a été très dure pour ces passionnés. Deux mois, c’est long ! Et on perd le rythme quand on suspend nos habitudes et nos heures d’entraînement. Mais les gens sont très enthousiastes à l’idée de revenir faire une partie ».

Les conditions d’ouvertures sont tout de même inédites. L’utilisation du gel hydroalcoolique devient une habitude incontournable avant les confrontations. Le club-house est fermé, seules les toilettes sont ouvertes. Et bien sûr, la buvette est à l’arrêt. Le président du club veille au respect de ces nouvelles conditions, et incite les adhérents à faire attention : « On donne également des masques. C’est offert par le club ! Mais ce n’est pas une obligation, nous conseillons uniquement son usage ». La distanciation sociale est respectée, même s’ils espèrent tous se rapprocher du cochonnet.

 

Concours annulés au moins jusqu’en septembre

Le club de Montaleigne est réputé pour ses concours de grande envergure. Mais la vague pandémique fait échouer toute espoir de complétion. Rocco Mercury et les membres du club ne tirent pas un trait sur l’enjeu des parties, la compétition reste amicale : « On joue entre nous. Cela permet d’entretenir le niveau en se confrontant. On fait des tête-à-tête ou des doublettes. Mais pas de triplettes, le risque est trop élevé ».

Pour le moment, les tournois de Montaleigne regroupant 150 personnes sont annulés, ils n’auront pas lieu avant septembre. En attendant, la stratégie du président vise à protéger les sportifs : « Cela nous manque de ne plus venir le soir. Ces moments de partages sont très conviviaux. Nous avons hâte de retrouver tout le monde : des hommes aux femmes en passant par les plus anciens, le club les attend de pied ferme.