©Photos N.D.
QUAND LÉON BÉRENGER RIME AVEC « KARATÉ » !
Si on nous avait dit qu'un jour, le stade Léon Béranger rimerait avec « karaté », certains auraient bien été étonnés !

Et pourtant, les licenciés du Stade Laurentin Shidokan ont, depuis près d'un mois, posé leurs valises ou plutôt amené leur kimono et leur ceinture, sur le « tatami en synthétique » qu'offre cette infrastructure sportive installée non loin de l'Hôtel de Ville.

Un endroit que l'entraîneur José Galuccio considère comme « plus pratique » quand on sait que, depuis le deuxième confinement, ce dernier proposait déjà des cours en extérieur en pleine la nature.

Le karaté fait donc partie des nombreuses disciplines sportives pour lesquelles le Service des Sports a proposé une partie du pré réservé normalement aux joueurs du Stade Laurentin Football. 

Et ce sont près d'une trentaine voire une quarantaine de karatekas de tous âges qui désormais s'entraînent au côté des gymnastes, des danseuses, des footballeurs, des coureurs et autres sportifs les mercredis et les samedis après-midi.

Il est à noter que ce sont les plus jeunes qui ont le plus répondu à l'appel ! . « C’est un peu plus compliqué pour les adultes avec toutes ces contraintes liées à la crise sanitaire » souffle un brin résigné José.