©Juliette Benard
LE STADE LAURENTIN AU RÉVÉLATEUR D'ENTRÉE
Face à son voisin Cagnes-sur-Mer, dans son antre, le Stade Laurentin Basket entend effacer une dernière saison extrêmement difficile qui aurait dû le plonger dans l’abîme d’une relégation si le Covid-19 n’était pas passé par là.

« On commence par LE derby Saint-Laurent-du-Var - Cagnes-sur-Mer ! Malgré tout, il faut le prendre comme un match comme les autres. » Une rencontre à la saveur particulière mais à disputer sans véritable pression, tant le travail effectué doit payer sur le long terme comme l'explique Rodrigue Monge, pilier de notre Nationale 3 laurentine depuis tant de saisons désormais. Si le 19 septembre, les Laurentins recevront donc le voisin Cagnois nouvellement dirigé par un coach bien connu du SLB, Pierre de Marchi, le club de Maya Cachemire sait d'où il vient ou plutôt d'où il revient. Suite à différents coups de pouce du destin, voilà trois fois de suite que les garçons sont repêchés et conservent ainsi leur place en cinquième division. Alors, même si ce derby ne livrera que certains éléments, dans le contexte actuel pesant et le manque de compétition, il sera important pour relancer la machine.

« Bien entendu que ce sera un match particulier mais nous avons conscience que qu'il faudra disputer chaque rencontre comme si c'était un derby. On n'aura pas le droit à l'erreur. Le niveau de la poule A est encore très homogène et de très haut niveau. On sait aussi que les matchs à Lyon seront durs à aller chercher. Alors, dès la première journée, c'est à nous de faire en sorte que la salle André Carton redevienne un chaudron ! » Les garçons ont vu leur groupe se renforcer considérablement sur le papier et doivent maintenant concrétiser sur le terrain une préparation jugée intéressante !

Cette dernière a débuté pour cela le 3 août dernier. « Personnellement, je suis tellement motivé par cette nouvelle saison. Basketteur, c'est un mode de vie, on va s'entraîner le soir puis le week-end on a match. On a nos habitudes. C'était une période très compliqué pour tout le monde avec la Covid-19, maintenant on est obligés de vivre avec, c'est comme ça. » S'il n'oublie pas le passé tumultueux de son équipe dont il est l'un des leaders, Rodrigue tient à signifier que le SLB n'est pas non plus le Vilain Petit Canard qu'on veut souvent peindre. 

 

« C'est vrai, c'est un fait, ça fait trois ans que nous sommes repêchés. Ça fait trois ans que ce championnat est très homogène. Deux fois, on s'arrête à la dixième place avec neuf victoires. Le top 5 est à portée de mains. Il manquait simplement deux succès. L'année dernière, c'était particulier. Notre place est contestable et contestée par pas mal de monde. Maintenant on en est là. La saison reprend et nous sommes toujours dans cette division. » Les recrues doivent s'inscrire dans une continuité puisque le groupe reste très stable. « On vit bien ensemble. Le recrutement est très qualitatif. On le voit aux entraînements. Maintenant, la réalité, est que nous étions derniers au moment où la saison s'est arrêtée en mars. Ainsi, les ambitions sont simples. Se mettre à l'abri rapidement. » 

 

Il faudra impérativement que la mayonnaise prenne et vite. Soulignons une dernière fois qu'au moment de l'arrêt du championnat, le SLB n'avait remporté qu'une seule victoire. Un succès dès la première journée permettra déjà d'égaler le dernier bilan. La suite ne sera que bonus. Coup d'envoi le 19 septembre du match contre Cagnes-sur-Mer à 20 heures, salle Carton. Deux heures plus tard, les Laurentins auront, sans doute, offerts des premières réponses à leur supporters. Mais face à une solide formation Cagnoise, rien ne sera simple.