©VSBL
LE VOLLEY-BALL STADE LAURENTIN EN QUÊTE D'ENVOL
Ce samedi 17 octobre, à 20 heures, dans leur antre de Joseph Pagnol face à Saint-Dié, les Laurentines auront à coeur de faire décoller leur saison après deux revers consécutifs.

Deux défaites en deux journées. Le bilan du Volley-Ball Stade Laurentin n'est guère reluisant. Classée à la 9e place, les Laurentines doivent enrailler la spirale négative en accueillant ce soir, à 19 heures, dans un gymnase Joseph Pagnol  sonnant creux pour cause de Covid-19, l'escouade de Saint-Dié-des-Vosges (5e).

Cette rencontre revêt aujourd'hui une importance capitale. Après deux revers qui font mal à la tête, un troisième consécutif plongerait l'équipe dans le doute avant deux joutes face à deux potentats du championnat Elite, Harnes et Quimper. Les filles de Pascal Drouot doivent donc remettre de l'huile dans les rouages et se libérer afin d'éviter les maux de tête et "la gamberge". " On a clairement besoin d'un délic pour lancer notre saison, affirme l'entraîneur. Et ça passe par une première victoire. On joue Saint-Dié et, à la base, ce n'est ps forcément un match que nous aurions coché, mais dans le contexte actuel, c'est un peu différent. Désormais, peu importe l'adversaire. Seul la victoire compte.  "

Se remettre dans le droit chemin

Un succès permettra aux filles d'opérer un lavage de cerveau et d'oublier la contreperformance en terre bretonne. " On est complètement passé clairement à côté de notre sujet. On n'a jamais été dans le coup. Techniquement et tactiquement, on avait pourtant fait ce qu'il fallait pour bien aborder cette rencontre ", explique Pascal Drouot. Une des explications, qui n'excuse en rien la pauvreté du jeu affiché par le VSBL à Rennes, est évidemment à chercher dans une préparation tronquée et les interruptions successives liées à la crise de la Covid-19. " La préparation n'a pas été simple avec un match amical supprimé et une semaine passée à la maison début septembre en raison d'un cas positif à la COVID au sein du groupe. Bis repetita il y a quinze jours puisque les filles ont dû à nouveau ranger leurs basket pour une durée de sept jours en raison de nouveaux cas positifs."  Ceci n'explique pas tout. Et " Face à Rennes, le bilan n'est vraiment pas beau ", glissait le coach. Cette semaine, Pascal Drouot a eu à coeur de remettre ses ouailles dans le droit chemin avant d'affronter des Vosgiennes motivés à l'idée d'enferrer un peu plus les Laurentines dans leurs doutes. Et comme à son habitude, il a savamment mis à profit ces derniers jours entre séances d'entraînement et "cohésion de groupe" avec un passage sur le littoral laurentin afin d'aider les nombreux bénévoles présents à ramasser le bois, suite à la tempête Alex. Un geste solidaire que les filles du VSBL devront faire fructifier dès ce soir en débloquant leur compteur victoire.