©Photo DR
LOUIS CHANEL, UNE FRAGRANCE D'AVENIR
Arrivé en provenance du centre de formation de Nice, le nouveau central du Volley-Ball Stade Laurentin a l'ambition d'aider le club à franchir un nouveau palier

« Pagnol » résonnera aux blocks d'un nouveau central au sein de l’effectif de Nationale 3 qui poursuit son entreprise de rajeunissement. Louis Chanel, 21 ans en août, arrive tout droit du centre de formation du Nice Volley-Ball au sein duquel, il évoluait en Nationale 2. Une très belle expérience pour celui qui a commencé la pratique du volley-ball, sur le tard, en 2016. « Cette courte année fût assez enrichissante même si je regrette de n'avoir eu que très peu de temps de jeu. C'est sur le terrain qu'on progresse le plus », glisse-t-il. 

Ses différentes prestations lui ont toutefois tout permis de goûter à la Ligue A. La blessure de l'emblématique Seychellois Rodney Ah-Kong l'a en effet propulsé dans le groupe professionnel contre Toulouse. « Un souvenir très marquant. Tout comme les entraînements que j'ai pu faire avec eux. Cela m'a aussi permis de solidifier mes acquis et de  progresser dans d'autres domaines. »


C'est donc du haut du son 1,98 mètre qu'il posera son sac à Saint-Laurent-du-Var à la rentrée. Un club où il espère pouvoir continuer à se former aux côtés de Michel Desmet ainsi que de gagner en temps de jeu. « En dépit d’un volume d'entraînement moins important qu'au sein d'un centre de formation, je pense que j'ai fait le bon choix pour atteindre mes objectifs et aider l'équipe. Michel m'a expliqué que le but était de jouer le haut de tableau et qu'on surveillera d'ici quelques temps une éventuelle possibilité de monter en Nationale 2. Un objectif que j'aimerai atteindre. »

Son intégration sera assurément rapide puisque le natif de Viriat dans l'Ain connaît déjà un bon tiers de l'effectif. « Je sais que le groupe a mieux terminé la saison qu'il ne l'avait commencé. Du coup, j'espère qu'on pourra garder cette dynamique positive et si on parvient à s'amuser sur et en dehors du terrain ça ne sera l’une des clés de la réussite. »

Un club familial
Il faudra physiquement et psychologiquement se remettre en route. Le dernier week-end de championnat remontant au 29 février. « J'essaie de me maintenir en forme mais je prends aussi le temps de me reposer pour soulager mes genoux et mon dos qui me font souffrir de temps en temps. Je pense reprendre une préparation physique sérieuse et complète à partir du mois d'août pour arriver dans les meilleures dispositions au club. Psychiquement, j'ai hâte de débuter la saison, le volley me manque et j'ai des objectifs personnels à réaliser. »

Louis Chanel se languit de pouvoir rendre aux dirigeants et au coach leur confiance ainsi que de rencontrer et communier avec le public. « Je suis impatient de reprendre d’autant que le VBSL est un club chaleureux et convivial, ce qui n’est pas pour me déplaire. »

Il retrouvera ainsi les fragrances de ses débuts à l’EnVolley 01, club créé par son père.