©Photo archives Laurent Thareau
LA MINI-BOULE LAURENTINE À LA RECONQUÊTE
Le club, qui a souffert du confinement, met à profit la reprise pour organiser des compétitions destinées à ses passionnés

Les parties endiablées ont pu reprendre sur les nombreux terrains de l’Esplanade du Levant. Dès le 10 juin, le club de la Mini-Boule laurentine a touché le but, renouant avec le maxi plaisir des mènes qui se mènent tambour battant !

Un constat : la passion des licenciés ne s’est pas éteinte pendant les deux mois de confinement. Et même si les règles sanitaires s’imposent, ici comme ailleurs, la convivialité est toujours au rendez-vous.

Des règles qui prévoient des séparations en plexiglas à la buvette, le port du masque, le respect de la distanciation sociale ou encore le nettoyage régulier des équipements. 

La reprise s’est faite « tout doucement » explique Michel Cipriani, responsable associatif en charge de la communication du club. Sur les 260 adhérents inscrits au début de l’année, il en reste 190 à ce jour. Pour faire repartir son sport, la mini-boule organise un concours fédéral le 4 juillet : « on fait l’effort pour l’ensemble des boulistes »

Bien épaulé par la mairie, le club fait face à un trou financier créé par l’arrêt de toute activité, une perte estimée à plus de 17 000 €, une somme importante à l’échelle du club.

De quoi mettre l’association en difficulté ? « Tout dépendra du dernier trimestre, on aimerait bien que tout reparte comme avant » confie Michel Cipriani. 

Au niveau compétitions, nul ne sait si le championnat régional et national pourra se tenir. En attendant, les organisateurs font de leur mieux pour organiser des compétitions blanches et faire plaisir aux boulistes.

Avec un seul objectif : reconquérir le cœur des passionnés et relancer l’association après ce trou d’air pandémique.