Les clos de boule laurentins mis en quarantaine


Laurent Thareau
Les clos laurentins tentent de gérer au mieux la crise comme dans toutes les autres disciplines

Des joueurs qui se claquent une bise avant la partie et à la fin. Des tireurs qui, pour faciliter leur lâcher de boule au moment de leurs tentatives, crachent dans la paume de leur main. Des scènes qui peuvent paraître anachroniques ou appartenir à un film d'horreur pour hypocondriaque au regard de leur de l'actualité récente, mais qui ne sont pourtant pas si lointaines que cela. Mais tout ça, c'était avant. Avant que l'épidémie due au nouveau coronavirus ne donne la fièvre à l'Europe et n'incite le gouvernement à prendre des mesures exceptionnelles.

La Fédération française de pétanque et de jeu provençal, comme bon nombre de ses homologues, n'a pas traîné pour prendre ses responsabilités. La semaine dernière, déjà, alors que les jauges autorisées pour accueillir le public lors des compétitions sportives et les spectacles fondaient comme neige au soleil, la FFPJP décidait de reporter la finale de la coupe de France de pétanque des clubs qui devaient se dérouler à Marseille du 19* au 21 mars. Mais la coupe de France des clubs ne concerne pas forcément le joueur lambda, celui qui dispute sa partie quotidienne ou hebdomadaire dans son club. Au lendemain des annonces du président de la République, la Fédération décrétait la mise en quarantaine du sport bouliste. Les annonces du président de la République ont amené les dirigeants de la mini-boule laurentine et du club bouliste de Montaleigne à prendre toutes leurs responsabilités pour contribuer, nettement et clairement, à endiguer la propagation de la crise sanitaire qui frappe la France.

" Nous avons suspendu toutes nos compétitions et rassenblements"

" Nous avons suspendu toutes nos compétitions ainsi que tous les rassenmblements dans nos clubs et écoles de pétanque jusqu'à de nouvelles instructions de la Fédération française de pétanque", explique Jean-Louis Fath, secrétaire général de la mini-boule laurentine. "Nous reprendrons dès lors que les conditions sanitaires le permettront", assure Adrien Bottino, président du Club Bouliste Montaleigne. Ces derniers jours, certains joueurs avaient pourtant rejoint leur club notamment sur le boulodrome du Parc Layet. Mais, samedi, soir, quelques minutes à peine après les annonces du Premier ministre, la Fédération prenait de nouvelles mesures. "Le Premier ministre vient d'annoncer le passage au stade 3 (...) Pour la FFPJP, cela signifie la fermeture de tous les clubs ainsi que les terrains de jeu extérieurs et intérieurs (...) Les réunions prévues et les permanences dans vos sièges pour la prise des licences doivent également être annulées (...). Nous travaillons déjà de notre côté sur la suite de la saison en établissant dès maintenant des scénarios les plus probables afin d'être opérationnels dès un retour à la normale."

Puisque par définition, on ne sait pas quand interviendra le retour à la normale, se pose la question des championnats et concours. "Nous pourrons difficilement rattraper toutes les dates. Il faut être humbles face à ce problème sanitaire et souhaiter que cela dure le moins longtemps possible", glisse Jean-Louis Fath. Il ne reste plus maintenant qu'à prendre son mal en patience...

Mentions légales